2020 : tant de temps perdu

IMG_6969Le Maire de Rouen vient de livrer une interview préoccupante sur le devenir de son mandat.

S’il réaffirme son souhait de rester à son poste jusqu’en 2020, il n’exclut pas de laisser son siège en cours de route à un successeur. Les Rouennais auraient alors à supporter un nouveau tour de passe-passe dont les socialistes sont coutumiers dans la Région et à Rouen en particulier, au détriment du débat démocratique.

Sur le plan du projet municipal, l’interview est préoccupante. Elle révèle la tension paralysante qui affecte la relation entre la Métropole et la Ville centre. Elle montre également qu’il n’y a pas de prise en main de la situation financière pourtant très mauvaise de notre commune. Et elle révèle surtout l’absence totale de projets pour les trois ans à venir.

Vraiment, la mandature municipale est à bout de souffle. Après avoir trahi la promesse fondamentale de ne pas augmenter les impôts, après avoir abandonné l’essentiel des projets défendus en 2014, la majorité s’apprête à perdre trois années supplémentaires pour le réveil de Rouen. Il faudra redoubler de volonté pour la prochaine mandature !

Poster un commentaire

Classé dans Rouen

Alerte sur les finances de la Ville

portefeuille videAinsi que l’a rappelé récemment la presse, la Ville de Rouen fait l’objet de sérieuses alertes sur sa gestion financière. La chambre régionale des comptes est préoccupée, les services de l’Etat sont sur le pont.

Ce n’est pas faute pour l’opposition d’avoir depuis longtemps tirer le signal d’alarme. Depuis le début du mandat en 2014, aucune disposition sérieuse n’a été prise pour réajuster le tir. Parce que la Ville refuse de se poser la question du périmètre de ses missions, parce que la Ville est faible dans sa relation financière à la Métropole, elle perd sa capacité à investir au profit des Rouennais. Alors même qu’elle les assomme sous une pression fiscale, encore renforcée malgré les promesses.

Il est urgent de faire les bons choix. Nous sommes sous le joug d’une dette massive, et seules de vraies économies permettront de retrouver des marges de manœuvre. Sinon, il ne sera demain plus possible d’entretenir notre patrimoine, de soutenir notre tissu associatif et de mener des projets permettant de redonner à notre cœur de métropole son dynamisme.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Quelques réflexions de fin d’été sur la situation politique de notre pays

L’élection présidentielle dans son édition 2017 a réservé son lot de rebondissements et de surprises, pour nous mener finalement à une situation politique nouvelle : la victoire d’un parti tout juste créé, un fort renouvellement des têtes à l’assemblée, une volonté pragmatique de faire réussir la France en rassemblant des personnalités hier considérées d’horizon différents voire opposés.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Europe, National

La suppression de la taxe d’habitation: mauvaise approche

thSupprimer la taxe d’habitation se révèle une bien mauvaise idée.
Il est des promesses électorales qui sont comme des produits d’appel de campagnes publicitaires. Mal ficelées, elles sont décidées sur un coup de tête, sans que les termes du débat ne soient posés, et visent à marquer les esprits et à attirer la sympathie, sans que personne ne se soucie des dégâts qu’elles feront.
 
Bien sûr, la taxe d’habitation est une vieille taxe, elle mérite d’être réformée. Elle l’a d’ailleurs été en partie, avec la montée en puissance des exonérations qui déjà évitent aux ménages les plus pauvres son paiement.
 
Mais, si on veut bien y réfléchir :
  • La taxe d’habitation assure le lien à l’impôt. Elle évite qu’un élu local puisse promettre tout et n’importe quoi sans avoir à rendre des comptes aux citoyens.
  • La taxe d’habitation finance les services locaux. Elle rappelle au citoyen que rien n’est gratuit, et incite chacun à être responsable dans l’usage des fonds publics.
  • On sait très bien qu’elle ne sera pas réellement compensée dans la durée, car l’Etat versera une compensation statique alors que les charges des communes connaissent logiquement un certain dynamisme. La compensation sera un étouffoir.
  • Par ailleurs, sa suppression pèsera également sur une autre taxe locale, la taxe foncière, dont de nombreux locataires ne se rendent pas vraiment compte qu’ils la payent d’une manière ou d’une autre au travers de leur loyer.
 
La séquence qui a entouré la taxe d’habitation est particulièrement révélatrice des limites de notre système présidentiel :
  1. Annonce de sa suppression par le candidat à la Présidentielle, comme un prix à payer pour obtenir l’adhésion des masses
  2. Recul de l’exécutif après l’élection, compte-tenu des difficultés évidentes que pose cette suppression, et dans un contexte de déficit plus important que prévu
  3. Cris d’orfraie de la part de l’opposition qui ne veut voir que le recul du Président sur les baisses d’impôts
  4. Arbitrage du Président qui décide donc d’imposer cette mesure mal montée, pour ne pas admettre l’erreur ou passer pour un menteur aux yeux des Français.
Après avoir supprimé la taxe d’habitation pour 80 % des Français, il est clair qu’il faudra ensuite la supprimer totalement, car un impôt qui ne touche que 20 % des Français et dont le fonctionnement est obsolète ne pourra perdurer.
 
Dont acte. Mais Il est essentiel qu’un vrai débat soit lancé pour savoir sur quoi baser le financement des Collectivités, et assurer la responsabilité des élus locaux. 
 
N’oublions pas aujourd’hui, le vrai problème en terme de finances publiques, c’est l’Etat, pas le local. Etat qui serait bien inspiré de balayer devant sa porte, plutôt que de mettre les Collectivités sous tutelle en les rendant dépendantes de dotations qu’il pourra réduire comme bon lui semble pour financer ses propres turpitudes.
 
Il est urgent de replacer les territoires et la décentralisation au cœur du projet pour la France. Voilà qui n’est ni de droite ni de gauche, mais à coup sûr une cause à défendre pour la modernisation de notre pays.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Examen du compte administratif 2016 de la Ville

Retrouvez ci-dessous mon intervention au conseil municipal du 30 juin concernant la présentation du compte administratif 2016.

calculetteLe compte administratif 2016 peut donner l’impression que nous limiterions la casse.

Hors les transferts de compétence, nous observons comptablement une très légère diminution des dépenses de personnel (0,86 M€), des frais financiers (0,86 M€), des autres dépenses de fonctionnement (1,72 M€).

Au total, nos dépenses réelles de fonctionnement auraient diminuées, or les transferts de fonctionnement, de 3,44 M€ soit – 2,44 %.

Las, cette appréciation doit être clairement nuancée.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Rouen Ville touristique ?

Retrouvez ci-dessous le texte de la motion que je présenterai, pour le groupe Centre, au conseil municipal du 30 juin :

historialAmener des visiteurs à découvrir Rouen est vital pour notre commune. Cela participe à l’économie de la Ville, et notamment à l’activité de nos commerces, de nos restaurants, de nos hôtels… Cela renforce le rayonnement de notre Ville, son image, et il a été démontré qu’il existait un lien fort entre la capacité à attirer des visiteurs et la capacité à attirer des entreprises. Et puis, une ville qui sait accueillir est aussi une ville agréable à vivre pour ses habitants.

Aujourd’hui, force est de constater que notre commune et notre Métropole ne traitent pas de manière cohérente cette question. Bien sûr, des actions sont engagées pour promouvoir la capitale normande, son patrimoine et ses traditions. Le meilleur y côtoie le pire. L’historial Jeanne d’Arc est une réussite saluée par tous, le Panorama un échec coûteux ainsi que le démontre les derniers chiffres de la fréquentation. On annonce la fermeture de nos monuments au public sauf sur quelques rares créneaux, pour raison budgétaire et dans l’attente du positionnement de la Métropole. Puis on temporise. Au-delà de ces constats, nous manquons souvent les occasions de créer l’évènement. Et si chacun attend avec impatience l’Armada 2019, nous ne pouvons que nous désoler de la situation de nos fêtes Jeanne d’Arc, qui ne sont plus qu’une commémoration confidentielle, très loin d’associer le grand public.

D’une manière générale, notre Ville présente, il nous faut l’admettre, de nos nombreux défauts – heureusement curables ! – pour prétendre constituer une destination de référence. Etat général du patrimoine, propreté, infrastructures (après par exemple l’abandon du Palais des congrès…), il reste beaucoup à faire.

La création de la grande Région Normandie dont nous sommes la capitale, l’implication de la Métropole en lieu et place d’un Département qui n’avait de toute manière plus les moyens d’agir efficacement sur ce thème, sont autant d’occasion de repenser nos actions.

Par la présente motion, nous souhaitons:

  • Que le conseil municipal décide de l’organisation de fêtes Jeanne d’Arc ambitieuses pour 2018, et qu’il soit constitué à cet effet un comité associant les élus de la majorité et de l’opposition et les principaux acteurs du tourisme rouennais et bien entendu des membres du comité d’hommage à Jeanne d’Arc.
  • Que le conseil municipal engage une réflexion contributive à la politique de la Métropole et de la Région en matière de tourisme, au travers de la création d’une commission spécialisée, et se donne pour objectif de définir sous six mois une stratégie cohérente et consensuelle qui sera présentée à la Métropole et à la Région.

Poster un commentaire

Classé dans Rouen

Un nouveau souffle


Depuis hier, le Président a une majorité. Le pluralisme n’est pas anéanti. Les électeurs ont trouvé une forme d’équilibre, soucieux de maintenir des personnalités qui leur convenaient tout en faisant du renouvellement une réalité. Certains élus sortants qui n’avaient pas démérité ont cependant été battus. Ce n’est pas toujours juste, mais c’est la vie de la démocratie: personne n’est propriétaire de son mandat. 
Nous sortons d’une campagne nationale épuisante, et parfois violente. Bien sûr, il y a l’abstention importante, la lassitude. Il faut d’autant plus se rassembler sur le redressement du pays. Les républicains de tout bord n’auront pas forcément de deuxième chance face aux extrêmes, dont on voit qu’ils s’organisent déjà pour mettre le pays en échec et préparent les habituels blocages qui visent à décourager les réformateurs. Que chacun garde son sens de la critique, voire de l’opposition. Mais que tous fassent avancer le pays. C’est ce que les Français demandent, et surtout pas de postures.
À Rouen, je félicite Damien Adam pour son élection sur la 1ère circonscription de la Seine-Maritime. Elle contribuera, j’en suis sûr, à écrire les nouvelles pages dont notre Metropole et notre Région ont bien besoin, après des années d’immobilisme et d’endormissement. 
Bien sûr, il nous reste un goût d’inachevé puisque la mairie de Rouen et la Métropole restent aujourd’hui à la main de l’équipe que l’on connaît. Une équipe désavouée à toutes les élections depuis 2015. Un désaveu confirmé puisque Mme Fourneyron, M. Mayer et M. Sanchez ont été battus. Une équipe qui n’a plus aucune cohérence politique, et plus de projet pour Rouen. Gageons que cette chape pesante finira aussi par céder !

Poster un commentaire

Classé dans National, Rouen